Séminaire

Présentation

L’organisation annuelle d’un séminaire de recherche autour de la didactique et de la culture de l’information est l’une des principales activités du GRCDI. Ce séminaire est ouvert à tous les membres du groupe, aux membres de l’ERTé qui le souhaitent, ainsi qu’à plusieurs personnes invitées personnellement. Le séminaire n’est donc pas public mais le GRCDI a décidé de mettre en ligne tous les textes des contributions. Ayant pour objet d’approfondir la réflexion et de favoriser le débat sur les deux thématiques du groupe, il s’organise en deux parties distinctes, consacrées à chacune des thématiques.

Séminaire 2013

Séminaire 2012

Séminaire 2010

Séminaire 2009

Séminaire 2008

Séminaire 2007

 _______________________________________________________

Séminaire du 6 septembre 2013

Evaluation de l’information et identité numérique :
quels enjeux de formation,  quelle didactique, quels apprentissages ? 

Séminaire commun GRCDI – Equipe de l’ESPE Rouen

 

Matinée : 10 h – 12 h 30

  •  Ouverture du séminaire par Eric Delamotte (Université de Rouen) et Alexandre Serres (URFIST de Rennes)
  •  Jean-François Rouet, Directeur de recherche au CNRS, membre du CERCA (Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage) fiche personnelle sur : (http://cerca.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?article71), Université de Poitiers :
    • Titre de l’intervention : « L’évaluation comme élément de la maîtrise de la lecture : de l’analyse des processus cognitifs à l’intervention pédagogique. »
    • Résumé : « Dans cet exposé, j’envisage l’évaluation comme un processus participant à la maîtrise de la compréhension en lecture. Je présenterai tout d’abord une rapide discussion de la notion même de maîtrise de la lecture, avant de présenter quelques données d’observation et d’expérimentation réalisées auprès d’élèves de l’enseignement primaire et secondaire. Nos observations indiquent que du point de vue cognitif l’évaluation de l’information écrite est un processus complexe qui présuppose un ensemble de connaissances relatives aux mécanismes de production et d’organisation des textes, ainsi qu’une bonne capacité de contrôle attentionnel. A partir de ces constats je discuterai les pistes d’intervention pédagogique concernant les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. »
    • Indications bibliographiques :
      • Rouet, J.-F. (à paraître). La compréhension de l’écrit : Un ensemble complexe d’habiletés spécifiques. In J. David et C. Royer (Dir.) L’apprentissage  de la lecture : convergences, innovations, perspectives ». Bern-Paris : Peter Lang.
      • Rouet, J.-F. (2012). Ce que l’usage d’Internet nous apprend sur la lecture et son apprentissage. Le Français Aujourd’hui, 178 « L’enseignement des lettres et le numérique ».
      • Rouet, J.-F., Germain, B., & Mazel, I (Dir., 2006). Lecture et technologies numériques. SCEREN, coll. Savoir Livre.
  •  Julien Pierre, Docteur en Sciences de l’information et de la communication, Attaché temporaire d’étude et de recherche, Université de Grenoble Alpes, GRESEC, F-38040 Grenoble, auteur du carnet de recherche scientifique Les Identités numériques :
    • Titre de l’intervention : « Apprendre l’identité numérique : du concepteur à l’usager »
    • Résumé : « Plusieurs travaux signalent une méconnaissance des processus d’identification et de socialisation en ligne. Ces biais touchent conjointement les concepteurs de dispositifs (avec leur propre représentation du social) et les usagers (à travers leur incompréhension des mécanismes informatiques, et économiques, propre au traitement des données personnelles). Néanmoins, des pistes de co-élaboration existent pour rattacher les pratiques sociales et l’ingénierie logicielle, partant du design des applications jusqu’à des dispositifs pédagogiques. »
    • Indications bibliographiques :
      • Pierre J., Le cadre privatif : des données aux contextes. Approche inter-dimensionnelle des enjeux de médiations de la vie privée, thèse de doctorat sous la direction de F. Martin-Juchat, soutenue publiquement le 19/04/2013, Université de Grenoble
      • Pierre J., « De la convergence des sphères publiques, professionnelles et privées », La curation : entre usages individuels et pratiques professionnelles, Documentaliste — Sciences de l’information, vol.49, n°1, 2012, p.29-30
      • Alloing C., Pierre J., « Construire un cadre d’analyse avec les SIC pour comprendre les pratiques et les enjeux de la réputation en ligne (des individus et des organisations) », Actes du XVIIIème congrès de la SFSIC, Rennes, 31/05/2012, http://sfsic2012.sciencesconf.org/2597

 

Après-midi : 14 h – 16 h 30

  • Jean-Marc Lange, Maître de conférences en didactique des sciences, HDR en Sciences de l’éducation, Laboratoire CIVIIC, Université de Rouen, fiche personnelle (2010) sur : http://www.stef.ens-cachan.fr/annur/lange.htm
    • Titre de l’intervention : « Les « Education à … », un ensemble problématique pour l’Ecole : un exemple révélateur, l’éducation au développement durable« 
    • Résumé : « Les « éducations à » prennent leurs sources dans un double mouvement d’incitations internationales et d’une demande régionale d’éducation des générations scolarisées, mouvement qui bouscule les enseignements disciplinaires coutumiers. Cette appellation regroupe un ensemble hétérogène (éducation à la santé, à l’environnement, au développement durable, au risque …, à l’information), dont il y a besoin d’étudier les points communs, les divergences, les complémentarités et les articulations possibles. En s’appuyant sur les travaux menés ces dernières années dans le domaine de l’éducation au développement durable, la communication s’efforcera de contribuer à clarifier les enjeux d’une culture de l’information et à réfléchir aux principes d’une « configuration didactique » pertinente pour celle-ci. Les conséquences pour la formation seront discutées. »
    • Indications bibliographiques :
      • Lange, J.-M. (à paraître). Curriculum possible de l’Education au Développement Durable : entre actions de participation et investigations multiréférentielles d’enjeux. Revue Éducation Relative à l’Environnement – Regards- Recherche – Réflexion.
      • Lange, J.-M. (2012). Education in Sustainable Development: How Can Science Education Contribute to the Vulnerability Perception? Research in Science Education, 42 : 109-127.
      • Lange, J.-M. (2011). Penser l’éducation scientifique en termes de contribution à l’éducation au développement durable : l’exemple des sciences de la vie et de la Terre. Revue des Hautes Ecoles Pédagogiques, 13, 137-156.
  •  Agnès Montaigne, ex-formatrice IUFM Rouen, membre de l’équipe de recherche de l’ESPE Rouen
    • Titre de l’intervention : « Qu’entend-on par « Épistémologie de l’Information-Documentation » ?« 
    • Résumé : Piaget définit l’épistémologie « en première approximation comme l’étude de la constitution des connaissances valables » (Encyclopédie de la Pléiade, 1967), ce que nous désignons ici comme « épistémologie générale ». Les sciences se sont aussi emparées de cette notion pour elles-mêmes, l’épistémologie devient alors la « partie de la philosophie qui a pour objet l’étude critique des postulats, conclusions et méthodes d’une science particulière, considérée du point de vue de son évolution, afin d’en déterminer l’origine logique, la valeur et la portée scientifique et philosophique » (TLF). Nous nous poserons la question de l’épistémologie de l’info-documentation.
    • Support de l’intervention
  •  Angèle Stalder, doctorante, professeur-documentaliste à Nantes, membre du GRCDI
    • Titre de l’intervention : « La didactique professionnelle : un modèle pour la didactique info-documentaire ?« 
    • Résumé : Dans la perspective de la recherche d’un modèle didactique pour l’information-documentation, pourquoi ne prendrait-on pas appui sur la didactique professionnelle ? Sur quels principes théoriques celle-ci est-elle construite ? Quelles en sont les notions phares ? Lesquelles peut-on utiliser pour penser une didactique de l’information-documentation ?

 _______________________________________________________

Séminaire du 7 septembre 2012

La translittératie en débat : regards croisés des cultures de l’information (infodoc, médias, informatique) et des disciplines

 Matinée : 10 h – 12 h 45  

  • Alexandre Serres : MCF en SIC, co-responsable de l’URFIST de Rennes, animateur du GRCDI :
    • Présentation du séminaire
    • Titre de l’intervention : « Repères sur la translittératie »
    • Résumé : Cette introduction au séminaire visera à donner des points de repère sur la notion, actuellement en vogue, de translittératie : quelles sont ses origines et par qui a-t-elle été forgée, quelle est la (ou les) définition(s) qu’on peut en donner, que recouvre-t-elle précisément et comment situer la transliteracy par rapport aux multiples literacies, quels peuvent être les enjeux théoriques et didactiques, l’intérêt et les limites d’une notion aussi transversale, notamment pour la culture de l’information ?
    • Publications récentes :
      • Serres, A. (2012), « Problématiques de la trace à l’heure du numérique ». Sens-Dessous, juin 2012
      • Serres, A. (2012), Dans le labyrinthe. Evaluer l’information sur internet. Caen : C&F éditions. 222 p.
      • Serres, A. (2012), « Un exemple de translittératie : l’évaluation de l’information ». [en ligne] In Les e-dossiers de l’audiovisuel, INA, janvier 2012, « L’éducation aux cultures de l’information ». Disp. sur : http://www.ina-sup.com/node/2689
      • Serres, A. (2011). « Transliteracy : a trendy word or a real new perspective for information training ? ». In Seminar IVIG 2011 « New topics in information education »,  Prague, Charles University, 2011. Support disponible ici
      • Malingre, M-L., Serres, A. (2011). « Une culture informationnelle commune aux doctorants ? Le pari de Form@doct. ». In Denecker, Claire, Durand-Barthez, Manuel (coord. par). La formation des doctorants à l’information scientifique et technique. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2011. p. 53-67 (coll. Papiers)
  • Pierre Fastrez : Chercheur qualifié FNRS (Fonds de la Recherche Scientifique), à l’UCL (Université Catholique de Louvain) (http://www.uclouvain.be/pierre.fastrez) :
    • Titre de l’intervention : « Translittératie et compétences médiatiques »
      • Résumé : Cet exposé partira d’une proposition de définition matricielle des compétences regroupées sous l’expression « littératie médiatique », décrites comme celles requises pour effectuer un certain nombre de tâches (lecture, écriture, navigation, organisation) sur un certain nombre d’objets médiatiques (informationnels, techniques et sociaux). Nous tenterons de monter en quoi cette proposition recouvre et se distingue du concept de translittératie, et en quoi elle offre un cadre de pensée permettant de situer, d’articuler et de faire dialoguer les différentes formes de littératie posées comme objectifs des « éducations à… » (à l’information, au numérique, aux médias).
      • Publications récentes :
        • Fastrez, P. (2012). Les compétences en littératie médiatique: une proposition de définition. Québec français, 166, sous presse.
        • Fastrez, P., & De Smedt, T. (2012). Une description matricielle des compétences en littératie médiatique. In M. Lebrun-Brossard, N. Lacelle, & J.-F. Boutin (Eds.), La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école. Québec: Presses de l’Université du Québec, sous presse.
        • Fastrez, P. (2010). Quelles compétences le concept de littératie médiatique englobe-t-il? Une proposition de définition matricielle. Recherches en Communication, 33, 35–52.
  • Catherine Loisy : MCF en Psychologie (psychologie cognitive et psychologie du développement), à l’ENS (Ecole Normale Supérieure) de Lyon ; (http://eductice.inrp.fr/EducTice/equipe/membres/permanents/catherine-loisy)
    • Titre de l’intervention : « Mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées. Quelle appropriation de la notion de compétence ? Quels enjeux ? »
    • Résumé : Un arrêté de décembre 2010 définit un nouveau cadre pour le C2i2e (Certificat informatique et Internet Niveau 2 Enseignant) car le contexte de son application a évolué (IUFM intégrés aux universités, mastérisation de la formation, demandes accrues de certification). Le C2i2e concerne désormais un public élargi. De plus, l’arrêté impose le dossier numérique de compétences et introduit l’autorisation à délivrer le certificat pour les établissements.
      Pour l’année 2011-2012, plus de soixante universités ont obtenu cette autorisation. Elles sont entrées dans une phase d’opérationnalisation des dispositifs de formation et de certification qu’elles avaient formalisés dans leur demande d’autorisation. Dans ce contexte, la MINES (Mission pour le numérique dans l’enseignement supérieur) finance une étude sur la mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées.
      Le C2i2e a été créé pour répondre à une préoccupation des ministères d’impulser une dynamique dans le développement des technologies numériques en milieu scolaire. L’étude de la mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées offre une nouvelle occasion de regarder les usages des technologies numériques dans la formation des enseignants, notamment du point de vue des enjeux technologiques et managériaux. Elle permet également d’interroger comment les universités s’approprient un référentiel de compétences : modèles de la compétence sous-jacents aux dispositifs et tensions entre les logiques à l’œuvre, régulation des processus versus appréciation de performance.
    • Publications récentes :
      • Loisy, C., Bessières, D., Bénech, P., Fontanieu, V., Villiot-Leclercq, E. (2012 ; communication réalisée par D. Bessières, actes soumis). Étude de la mise en place de la C2i2e dans la formation professionnelle des enseignants dans les universités françaises. Colloque scientifique international portant sur les TIC en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futures. Montréal, 3-4 mai 2012.
      • Loisy, C. (2012). Variété dans l’évaluation de compétences transversales. 24° Colloque de l’ADMEE – Europe « L’évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel ». Luxembourg, 11-13 janvier 2012.
      • Assude, T., Bessières, D., Combrouze, D. & Loisy, C. (2010). Représentations, formations et certifications : quelles genèses d’usages des technologies numériques ? STICEF, Vol. 17, 15 pages.
      • Loisy, C., Mailles-Viard Metz, S. & Bénech, P. (2010). Scénarios pour l’identité numérique et la construction de l’orientation. In M. Sidir, E. Bruillard & G.-L. Baron, Acteurs et Objets Communicants. Vers une éducation orientée objets ? Lyon : INRP, p. 224-236.
      • Loisy, C. (2009). Environnements numériques en classe et compétences des enseignants. In J.-L. Rinaudo & F. Poyet (dir.), Environnements numériques en milieu scolaire. Quels usages et quelles pratiques ? Collection technologies nouvelles et éducation. Lyon : INRP, p. 137-158.

Après-midi : 14 h 30 – 17 h 

  • Ghislaine Gueudet : Professeur des universités en sciences de l’éducation, à l’UBO, IUFM de  Bretagne, co-directrice du CREAD, Présidente de l’Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques (ARDM) (http://cread.bretagne.iufm.fr/spip.php?article447)
    • Titre de l’intervention : « Ressources et documents dans l’enseignement : le cas des mathématiques »
    • Résumé : Dans cette intervention, nous nous pencherons sur les mutations induites dans l’enseignement par les ressources et documents numériques, en nous centrant sur le travail des professeurs. Ceux-ci ont désormais accès à un foisonnement de ressources ; de plus, même les ressources traditionnelles, comme le manuel scolaire, incorporent des compléments numériques. Dans ce contexte, la question de la qualité didactique des ressources est cruciale. Cependant ces ressources doivent aussi permettre une appropriation par des professeurs qui les combinent, les modifient, les mobilisent en classe, devenant les concepteurs de leurs propres documents. Le recours au numérique dans l’enseignement modifie les articulations traditionnelles entre conception et usage ; il met particulièrement en lumière le travail de conception du professeur, en classe et en dehors de la classe. Il éclaire également les dimensions collectives de ce travail, et suscite de nouveaux collectifs concepteurs de ressources. Nous discuterons et illustrerons ces mutations essentielles, et interrogerons les concepts mêmes de ressources et de documents, en nous appuyant sur des études réalisées dans le contexte de l’enseignement des mathématiques.
    • Publications récentes :
      • Gueudet, G., Pepin, B., & Trouche, L. (2012). From Textbooks to ‘Lived’ Resources: Mathematics Curriculum Materials and Teacher Documentation. New York: Springer.
      • Gueudet, G., Aldon, G. & Trouche, L. (2011). La conception et les usages de ressources en ligne comme moteur et révélateur du travail collectif enseignant. in M. Grangeat (Ed.) Les démarches d’investigation dans l’enseignement scientifique. Pratiques de classe, travail collectif enseignant, acquisitions des élèves.(pp.151-182) Lyon : Ecole Normale Supérieure de Lyon, Institut National de Recherche Pédagogique.
      • Gueudet, G., & Trouche, L. (2011). Développement de l’Internet dans l’enseignement : vers un essor du collectif ? in C. Develotte, & F. Poyet, L’éducation à l’heure du numérique, état des lieux, enjeux et perspectives (pp. 145-165). Lyon : INRP-ENSL.
      • Gueudet, G., & Vandebrouck, F. (2011).Technologies et évolution des pratiques enseignantes : études de cas et éclairages théoriques. Recherches en didactique des mathématiques, 31(3), 271-313.
      • Gueudet, G., & Trouche, L. (Eds.). (2010). Ressources vives. Le travail documentaire des professeurs en mathématiques. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.
  • Elisabeth Schneider : Doctorante en géographie sociale et en SIC, Université de Caen ; responsable du Master DCEF IUFM-UCBN
    • Titre de l’intervention : « Pratiques d’écriture des adolescents et translittératie »
    • Résumé : Dans le cadre d’une thèse en géographie sociale et en sciences de l’information, une enquête menée auprès de lycéens permet de mettre en évidence des pratiques relevant de la translittératie. Ce sont les pratiques d’écriture qui sont investiguées dans leur diversité : sur papier et sur numérique, en situation de mobilité, en classe ou à domicile pour des usages privés ou scolaires. L’expérience adolescente s’organise par ce paysage scriptural à travers des situations et des médias différenciés.
    • Publications récentes :
      • Schneider E. (2012), « Écriture, numérique et adolescents: une affaire sérieuse », Communication à la Journée Culturenum’ de Mantes la Jolie, 29 mars 2012. Ouvrage à paraître chez C&F éditions.
      • Schneider E. (2012), « L’espace social du lycéen, une constellation de pratiques entre papier et numérique», in Objets documentaires numériques : nouvel enseignement ? Congrès de la FADBEN, 22-23 mars 2012. Actes à paraître.
      • Schneider E. (2012), « L’écriture des adolescents, une démarche ethnographique pour rendre compte de la spatialisation des pratiques », in La géographie des enfants et des jeunes, Carnets de Géographes, n°3. Revue électronique accessible en ligne : http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_03_05_Schneider.php
      • Schneider E. (2011), « Paysage scriptural adolescent, du papier au numérique », Communication au Colloque doctoral international de l’éducation et de la formation, 25-26 novembre 2011, Nantes. Actes à paraître.
      • Schneider E. (2011), «  Travail enseignant, écriture et TIC: comment les économies scripturales gouvernent les pratiques » Actes du colloque international, Le travail enseignant au XXIe siècle. Perspectives croisées : didactiques et didactique professionnelle. Lyon: I.N.R.P.

_______________________________________________________

Séminaire du 10 septembre 2010 :
Questions de recherche : pratiques informationnelles,  document numérique,
didactique de l’information et des médias

Matinée : 10 h – 12 h 45 : Pratiques informationnelles, document numérique

  • Alexandre Serres : introduction du séminaire
  • Karine Aillerie :
    Professeur-documentaliste, collège Henri IV, Poitiers ; formatrice à l’IUFM de Poitiers ; doctorante au LABSIC Paris 13 ; Karine.aillerie@ac-poitiers.fr
    Axes de recherche
    : pratiques informationnelles, pratiques quotidiennes informelles du web, pratiques des adolescents ;
    Titre de l’intervention
    : «« Pratiques d’information des adolescents sur le Web : quand l’autonomie relève de l’informel. »»
    Support de l’intervention.
    Résumé :
    Quant aux pratiques dites « quotidiennes » des jeunes sur le Web (enfants, adolescents, jeunes adultes ou étudiants), nous notons que ce sont principalement les pratiques de socialisation qui sont décrites, en ce qu’elles participent à la construction de soi et sont un marqueur des pratiques culturelles et médiatiques des générations actuelles. Les pratiques d’information, que nous investissons, demeurent relativement méconnues, qui interrogent la spécificité du point de vue des sciences de l’information et de la communication sur le concept de « pratiques » et sur le rapport au savoir qu’engage l’usage quotidien des « technologies intellectuelles », au sens de Goody. Dans un premier temps, nous nous attacherons donc à décrire ces pratiques informationnelles ordinaires avec l’internet, telles qu’elles nous sont apparues à la lecture de notre matériau (59 entretiens semi directifs auprès de jeunes âgés de 14 à 18 ans). En particulier, nous nous attacherons à montrer à quel point elles ont partie liée avec les demandes scolaires. Dans un second temps, nous essaierons de réfléchir à la place éventuelle qu’il conviendrait d’accorder à ces pratiques qualifiées d’informelles dans la réflexion qui porte actuellement sur la culture informationnelle et à la mise en œuvre d’un parcours de formation signifiant. En effet, le chantier de didactisation des savoirs info-documentaires vise à rendre précisément « formelles » des notions et attitudes intellectuelles et, ce faisant, à prendre appui sur des pratiques de référence. Nous montrerons que dans les textes qui officialisent la nécessité citoyenne de former l’individu à la maîtrise de l’information « tout au long de la vie », quitte à y intégrer ces « compétences » informelles (rapport Fourgous), les « capacités et attitudes » info-documentaires s’y trouvent dissoutes dans la « culture numérique », sans que soient dégagés la spécificité et les enjeux des démarches informationnelles, en tant que telles.

Discutant : Alexandre Serres

  • Noël Uguen :
    Professeur-documentaliste, lycée Le Likes, Quimper ; formateur à l’Ifucome, UCO d’Angers ; noel.uguen@orange.fr
    Axes de recherche
    : processus d’écriture à l’oeuvre dans le web 2, statut des « traces » dans l’activité d’écriture.
    Titre de l’intervention
    : « Le document de collecte comme avatar de l’ « écrit d’écran » »
    Résumé :
    A l’heure du web 2, le document électronique se présente comme un texte de réseau, « ouvert » dans la mesure où chaque lecteur peut l’annoter et le référencer dynamiquement en ligne dans ses propres écrits. Dès lors, ce sont les manières de lire et de citer le document, d’identifier ses sources et de les référencer qui s’en trouvent modifiées. Cette nouvelle forme d’annotation, de prise de notes « instrumentée » permet-elle de réguler le processus de recherche d’information de l’élève ? Il s’agira d’interroger ici le concept de « document de collecte », mis au point par Nicole Boubée et de décliner les savoirs info-documentaires en lien avec le processus de sélection de l’information qui le sous-tend. Puis dans un deuxième temps, on établira une typologie des activités de prises de notes basées sur des outils du web 2 à partir d’un inventaire des scénarios pédagogiques recensés sur les bases du Sceren CNDP. On questionnera alors cette posture de l’élève « auteur », avec les outils de collecte numérique pour voir en quoi la fonction du « document de collecte » permet de dépasser le simple mimétisme avec des usages spontanés. En conclusion, il s’agira d’aborder le document de collecte comme un avatar de l’  « écrit d’écran », concept mis au point par Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret : comment les outils du web 2 imposent-ils des contraintes spécifiques à l’activité d’écriture ?

o      Discutante : Florence Thiault

Discussion générale

Après-midi : 14 h 30 – 17 h : Didactique de l’information et des médias

  • Nicole Clouet :
    Professeur-documentaliste, formatrice à l’IUFM Basse Normandie – UCBN
    Axes de recherche
    : à l’ERTé CALICO : Forums en étude de cas et indices de professionnalité en formation PLC2 Documentation
    Titre de l’intervention
    : «  « La collecte de ressources web par les professeurs documentalistes dans le cadre de l’ECJS » »
    Résumé :
    Depuis une dizaine d’années, l’école est confrontée à l’enseignement de thématiques nouvelles liées à l’actualité ou porteuses d’incertitudes : développement durable, mondialisation… En tant que professionnels, ces « questions vives » posent aux professeurs-documentalistes la question des ressources proposées aux élèves. L’objet de notre travail est de nous intéresser plus particulièrement à l’activité de collecte de ressources en ligne, pour les mettre à disposition des élèves dans le cadre d’un travail d’ECJS. En s’appuyant sur les outils de la didactique professionnelle, nous chercherons à mettre en évidence les différents savoirs mobilisés par  les documentalistes dans l’exercice de cette activité : savoirs liés au domaine d’investigation par des professionnels non spécialistes de ce domaine, mais aussi savoirs du document et du monde de l’information, savoirs portant sur l’élève et la tâche attendue. Dans le cadre d’une collecte d’informations effectuée par un professionnel, nous nous demanderons quels éléments influent sur la gestion de la tâche, en particulier dans les phases de régulation ou de prise de décision. L’étude repose sur l’analyse de cinq entretiens menés avec des documentalistes de lycée dans le cadre d’une instruction au sosie.

o        Discutante : Ivana Ballarini-Santonocito

  • Jacques Kerneis :
    Docteur en Sciences de l’éducation, membre associé au CREAD, Université Rennes 2 ; responsable du département TICE de l’IUFM de Bretagne ; formateur TICE, images et médias sur le site de Brest de l’IUFM de Bretagne
    Axes de recherche
    : théorie de l’action conjointe en didactique, éducation aux médias, culture informationnelle, sémiotique, incertitude, construction de certitudes.
    Titre de l’intervention
    : « « La nécessaire et périlleuse construction conjointe de certitudes provisoires : le développement des compétences en lecture des textes journalistiques ». »
    Résumé :
    Cette présentation a pour but de faire état d’une perspective résolument communicationnelle d’un travail de recherche initialement abordé du côté de la didactique. Elle permettra de faire le point sur les évolutions de la réflexion presque un an après la soutenance de ce travail. Développer des compétences médiatiques à l’école ne va pas de soi. Nous montrons les difficultés inhérentes à ce développement et les conséquences au plan de l’apprentissage et de l’émancipation des élèves. Nous le faisons avec l’exemple d’une séance traitant de la posture du récepteur d’un média qui a été préparée collectivement et qui a été mise en oeuvre dans une classe de 3ème par un professeur de lettres. Nous mettons l’accent sur la nécessité, pour le professeur, de pouvoir s’appuyer sur une culture profonde et un savoir exigeant. Pour terminer, nous envisageons quelques directions de travail permettant de dépasser ces difficultés.

o        Discutante : Agnès Montaigne

Discussion générale

_______________________________________________________

Séminaire du 11 septembre 2009 :
Territoires de la culture informationnelle, approches du curriculum

Matinée : 10 h – 12 h 45 : Culture informationnelle : « Information, informatique, médias : quelles convergences ? »

  • Eric Bruillard :
    Professeur des universités en Informatique, UMR STEF ENS Cachan – INRP ; page personnelle : http://www.stef.ens-cachan.fr/annur/bruillard.htm
    « Informatique et culture informationnelle (support Ppt ).
    L’informatique n’est pas une discipline scolaire en France. Pourtant, la place croissante de l’informatique dans la majorité des activités humaines rend cette absence de plus en plus problématique.  Une approche par compétences autour des TIC ou TUIC est actuellement en cours, mais elle fait l’impasse sur les questions de conceptualisation. Une pratique limitée serait susceptible de permettre aux élèves de développer les compétences utiles. De nombreuses études montrent que ce n’est pas le cas. Se pose alors la question d’une part de préciser ce que peut recouvrir l’informatique en tant que champ disciplinaire et d’autre part ces relations avec d’autres disciplines scolaires. Cette présentation tentera de préciser ce que l’on peut entendre par informatique actuellement et d’étudier la place qu’elle pourrait prendre dans le champ scolaire, en discutant notamment de la culture informationnelle en lien avec l’instrumentation informatique.
  • Odile Chenevez :
    Formatrice CLEMI Aix-Marseille, IUFM de l’Université de Provence ; voir blog Parcours et essais : http://tice.aix-mrs.iufm.fr/spip12/
    «  « Didactique des médias et démarche d’enquête » (fichier .doc)
    L’éducation aux médias telle qu’elle est recommandée aujourd’hui par de nombreuses instances internationales s’inscrit de manière spécifique et cohérente comme l’une des composantes de l’information literacy. Un objet commun aux trois composantes, « l’éducation au média internet », reconnu comme nécessaire dans les curriculums scolaires, oblige d’ailleurs à cette cohérence sans rompre l’équilibre ternaire de l’approche. Une didactique de l’information – en tant que « news » –, se doit par exemple d’éclairer à l’aune du rapport à l’actualité, et dans leur tension dialectique, certaines notions comme celles de fiabilité ou de pertinence. Par ailleurs, la proximité du champ de l’éducation aux médias avec le champ praxéologique du journalisme peut rendre productive une transposition scolaire de l’enquête journalistique. Une telle transposition pourrait bien concerner les champs connexes. On s’appuiera sur les notions de parcours d’étude et de recherche (PER), de dialectique des médias et des milieux et d’enquête co-disciplinaire construites dans la théorie anthropologique du didactique (TAD) de Yves Chevallard.

Après-midi : 14 h 30 – 17 h : Didactique de l’information : « Quelle didactique pour quel curriculum ? »

  • Pascal Duplessis :
    Professeur-documentaliste, formateur IUFM des Pays de la Loire : « Quelle entrée dans le curriculum de l’Information-documentation ? Le point de vue de trois acteurs : l’institution, la profession, la recherche
    L’arbitrage qui attend tôt ou tard l’institution l’engage à privilégier un rapport particulier au savoir, rapport que devra traduire le modèle pédagogique préconisé. Différentes entrées sont possibles, classiques ou novatrices, qui privilégient tantôt les contenus, tantôt les compétences, tantôt les situations. Des tensions peuvent apparaître alors entre les contraintes institutionnelles, les  manières de faire de la profession et les recherches issues des sciences de l’éducation. Assurément, une articulation doit être trouvée entre l’entrée curriculaire et l’approche (plurielle) de la didactique de l’information-documentation. L’analyse de l’objet scolaire et de ses particularités ne peut-elle pas constituer la pierre angulaire de cet édifice ?
  • Agnès Montaigne :
    Professeur-documentaliste, formatrice, IUFM de Haute-Normandie :
    « Gradation, progression des apprentissages quelques questions dans une perspective curriculaire autour de l’exemple du document technique  » (fichier .doc)

_______________________________________________________

Séminaire du 12 septembre 2008 :
Contextes et enjeux de la culture informationnelle,
approches et questions de la didactique de l’information

Matinée : 10 h – 12 h 45 : La culture informationnelle

· Discussion générale

Après-midi : 14 h 30 – 16 h 30 : La didactique de l’information

  • Muriel Frisch :
    MCF, IUFM de Lorraine :
    « Transposition « top-down » et contre-transposition « bottom up » ? Documentation et constructivisme
    que nous inspirent les expressions de « Top-down » et de « Bottom-up », empruntées aux théories des organisations et du management et appliquées à la didactique de l’information ? Comment se situe le modèle que nous avons élaboré ? Nous proposons de revenir sur les différents modèles de processus de didactisation et sur certaines conceptions de la didactique repérées, en nous demandant s’ils correspondent à une démarche constructiviste et en nous interrogeant sur leurs effets pour l’école.
    Transposition didactique : diapos PDF
  • Pascal Duplessis :
    Professeur-documentaliste, formateur IUFM des Pays de la Loire :
    Les conceptions des élèves au centre de la didactique de l’information ?
    Que peut apporter une meilleure connaissance des représentations des élèves à l’élaboration, à l’appropriation et à la mise en scène des savoirs scolaires de l’information dans le secondaire ? Premières recherches, premier bilan..

· Discussion générale

_______________________________________________________

Séminaire du 14 septembre 2007 :
Didactique et culture informationnelles : de quoi parlons-nous ?

Matinée : 10 h – 12 h 45 : Didactique de l’information

  • Jacques Kerneis :
    Doctorant en Sciences de l’éducation, membre associé au CREAD, Université Rennes 2 ; professeur-documentaliste
    Introduction à la didactique  » : tour d’horizon des différentes définitions et approches, souvent contradictoires, de la didactique dans le champ des Sciences de l’Education, en rappelant notamment les débats sur la différence entre pédagogie et didactique.
  • Pascal Duplessis :
    Professeur-documentaliste, formateur IUFM des Pays de la Loire :
    « L’objet d’étude des didactiques et leurs trois dimensions prospectives : épistémologique, psychologique et praxéologique«  ; exploration des trois côtés du triangle didactique, et de ses trois dimensions :
    – la perspective épistémologique sur l’axe Savoir-Enseignant, à l’oeuvre dans la transposition didactique des savoirs de référence en savoirs scolaires ;
    – la dimension psychologique ou psycho-cognitive, qui domine l’axe Elève-Savoir et met au centre la notion d’obstacle cognitif ;
    – et la dimension praxéologique, propre à l’axe Enseignant-Elève, centrée sur le contrat didactique. Une clarification des termes de didactique, didactisation, transposition didactique, disciplinarisation a également été menée.
  • Ivana Ballarini-Santonocito :
    Professeur-documentaliste ;
    « Didactique appliquée à l’information-documentation : étapes, concepts et outils didactiques, enjeux, perspectives. » ; historique de la didactique de l’information, état des lieux des outils actuels, selon une typologie distinguant les outils de délimitation, de structuration du domaine informationnel, de définition des concepts et les outils de mise en œuvre pédagogique, structurant des apprentissages à visée conceptuelle.

Après-midi : Culture  informationnelle